L’humain, grande heure Nature…

Nous voyons souvent la Nature à l’extérieur et autour de nous, à l’échelle universelle, terrestre, minérale, végétale, animale… Or, la Nature est aussi une énergie de vie présente en nous. Nous en sommes une partie intégrante. Nous sommes la nature, humaine. A mon sens, c’est en réalisant, intégrant et vivant cela que nous pouvons la respecter davantage, nous respecter davantage. Nous connecter à elle, nous connecter à nous-même et à l’autre. L’aimer pour ce qu’elle est, nous aimer pour ce que nous sommes… Elle nous porte, nous transporte, nous supporte, nous apporte tant… Tant de « portes » à ouvrir en nous !

Regardons certains points « comme un » (communs), à mon sens « est vie dans » (évidents), que nous avons avec la Terre : par exemple, nos perpétuels mouvements de vie (même internes et imperceptibles), la chaleur de nos cœurs, les couches connectant notre profondeur à notre surface, nos naturels « chants » électromagnétiques interagissant entre eux, entre nous humains, avec ceux de toute autre forme de vie… Nos passages nuageux, pluvieux, venteux, tempétueux, à sec… Avec toujours le Soleil, là, quelque part.

Ainsi, arrêtons d’attendre qu’une catastrophe se produise pour écouter les « mes sages » de la Nature, de notre nature ! Arrêtons d’attendre que nos « placards » débordent et que nos émonctoires naturels (poumons, peau, foie, reins, intestins…) se « co-vident » de déchets pour enfin les évacuer ! Démasquons-les, réduisons-les, recyclons-les au fur et à mesure, pour « gai rire » le tout, sans nouvelle crise à confiner ni vague à « co-vider » ! Et quand une goutte d’eau fait déborder un vase, voyons d’abord les gouttes qu’il contenait déjà, car une goutte peut s’évaporer dans un vase « co-vide » ou s’ajouter à un océan, de larmes.

Inspirons-nous d’une huître et son magnifique pouvoir de former une perle à partir d’un seul grain de sable ! Car, quel que soit le QI (quotient intellectuel), le Qi (énergie vitale) offre à un système, l’art naturel de s’adapter merveilleusement à un « grain » ! Donc, à mon sens, « avoir un grain » devient une ressource formidable ! Et si « veiller au grain » est toujours utile, « s’éveiller au grain » l’est désormais autant ! Surtout qu’un grain a aussi le pouvoir d’enrayer l’engrenage du système le plus rigide (peu viable) et de s’intégrer en tant que partie active à un système évolutif (viable), comme une « d’une » (dune)…

Tout système vit aux dépens des éléments qui le constituent. Dès qu’un élément change, le système entier change : soit ce système s’adapte pour vivre, soit il meurt. Aussi, tout système peut être vu comme un terrain. C’est ainsi que, selon le terrain où elle tombe ou est semée, une graine peut, soit ne pas pousser et mourir, soit vivre et grandir à son rythme. Pour cela, en général, elle s’ancre, s’enracine en terre, pour croître et s’élever vers le ciel, s’adaptant avec force et souplesse aux perturbations. Notamment pour la « sentez » (santé) humaine, c’est pareil : elle vient de l’état de nos corps, de notre nature, de notre terrain.

Tout système vit aussi aux dépens de ceux qui l’écoutent. Lequel écouter ? Un système extérieur qui intègre si peu la Nature qu’il la tue de fait ? Ou nos propres corps humains, fascinants d’efficience dès que nous laissons agir notre nature pour changer notre terrain, notre état d’être, d’âme, d’esprit, de corps… ? Voulons-nous, chacune et chacun de nous, continuer à rester bloqués et fermés, et ainsi laisser un grain nous « co-vider » ? Ou voulons-nous devenir flexibles et ouverts, et ainsi transformer un grain en perle ? (Re)trouvons nos forces, comme un poussin qui perce sa coquille pour en sortir et vivre, et une chenille qui arrête de ramper car se transforme en papillon, sort de son « co-confort » (cocon fort) et s’envole !

Soyons aussi, toutes et tous, des grains dans nos systèmes de vie ! Peu importe le niveau d’échelle et les barrières sur nos « vois » (voix et voies), la Nature, notre nature, est libre dès que nous l’exprimons ! Le vote par la peur a engendré la peur, et avoir peur de « l’âme hors » (la mort), c’est avoir peur de « l’avis » (la vie). Or, nous sommes des âmes en corps, pas « que » des corps, et dès que l’amour de vivre dépasse la peur de mourir, les « masses que » (masques) peuvent tomber ! Alors, pour l’amour du tout, votons par le cœur « mains tenant » (maintenant) ! Soyons Nature, authentiques, car il est « grande heure » (grandeur) de changer le présent du monde, en surfant sur la vague de notre nature, humaine et « ça crée » (sacrée)…

Blandine Vaquer, le 30/06/2020

« La communication en résonance intuitive pour permet d’intégrer les messages de votre nature intérieure, pour que vous puissiez prendre conscience de vos possibilités d’évolution dans votre vie… Contactez-moi au 06 24 01 20 43 ou sur blandine.vaquer@yahoo.fr pour plus d’informations ou pour réserver une séance. A très bientôt ! » Blandine.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s