La vie, un présent authentique…

Offrir un cadeau, offrir un « présent »…

Quelle belle subtilité de la langue française, riche de sens, que de nommer un « cadeau », un « présent » !

A mon sens, la vie est un présent, un cadeau qui nous est offert, un cadeau que nous « présentons », que nous offrons dans le « présent », à nous-même, à notre famille, à nos amis, à nos relations professionnelles et sociales, à tous les êtres avec lesquels nous interagissons quotidiennement, et au monde…

Afin de nous aider à améliorer notre vie, je propose de nous poser quelques questions et d’en trouver les réponses : celles qui nous correspondent, à chacune et chacun d’entre nous…

Acceptons-nous entièrement ce présent ?

Acceptons-nous nous-même, chacune et chacun d’entre nous, authentiquement ?

Aimons-nous…

… Un « joli » cadeau, bien emballé et joliment enrubanné ?

… Un « beau » cadeau, qui a du sens pour nous-même ?

… Un « vrai » cadeau, qui a du sens autant pour nous-même que pour celle ou celui qui nous l’offre ?

… Un « authentique » cadeau, qui nous émeut, nous rend heureux et nous fait évoluer de façon bénéfique ?

Aimons-nous recevoir et offrir un cadeau à la fois joli, beau, vrai et authentique, à nous-même et aux autres ?

Posons-nous maintenant ces mêmes questions en remplaçant le mot « cadeau » par le mot « présent »…

Et observons attentivement, chacune et chacun d’entre nous, nos propres réponses…

Vivre sa vie dans le présent et vivre son présent dans la vie, permet, à mon sens, de se sentir connecté à soi-même et aux autres, autant si l’on se trouve dans une foule, dans un groupe, ou si l’on se trouve seul quelque part…

De mon point de vue, il y a trois sortes de « façons d’être présent ».

La présence authentique est l’objet premier de cet article : être là, ici et maintenant, présent à nous-même, à autrui, à ce que nous pensons, ressentons, percevons, écoutons, voyons, sentons, touchons, goûtons, disons et faisons.

La présence illusoire est pour moi le fait d’être présent seulement physiquement, c’est-à-dire de ne pas être complètement attentif à ce que nous vivons à l’instant « t », ce qui revient à être subtilement absent.

L’absence physique est différente de l’absence totale, du vide, car le fait de penser à une situation la rend présente, tout comme penser à quelqu’un le rend présent, ce qui s’applique également aux défunts auxquels nous pensons…

Quelqu’un de physiquement présent peut donc être en même temps un peu absent et quelqu’un de physiquement absent peut donc être en même temps un peu présent…

Alors de quoi avons-nous peur ?

… Que quelqu’un ne soit pas (assez) présent pour nous-même ?

… De ne pas être (assez) présent pour nous-même et/ou pour les autres ?

… De sentir, ou ressentir, une présence authentique, une présence illusoire ou une absence physique ?

Chacune et chacun d’entre nous a ses propres modes de fonctionnement, d’information et de communication.

Qu’il s’agisse d’être présent à soi-même ou aux autres, une infinité de connexions est possible par l’existence des nombreux moyens de communications traditionnels et modernes, rendant complexe et riche toute relation…

Alors acceptons le présent et vivons-le de la façon la plus jolie, la plus belle, la plus vraie et la plus authentique possible, aujourd’hui, pour que demain soit aussi un joli, beau, vrai et authentique présent.

La vie n’a pas de contraire, sauf peut-être le vide, le néant…

C’est, je pense, la (re)naissance qui est opposée et complémentaire à la mort…

C’est donc en m’inspirant d’une célèbre phrase que je conclus mon article : à mon sens, ce ne sont pas les absents qui ont toujours tort, mais plutôt, peut-être, les présents illusoires…

Blandine Vaquer, le 11/05/2019

« La communication en résonance intuitive vous offre l’opportunité d’être davantage dans le présent, présent(e) à vous-même, et vous accompagne dans votre évolution de vie globale… Contactez-moi au 06 24 01 20 43 ou sur blandine.vaquer@yahoo.fr pour plus d’informations ou pour réserver une séance. A très bientôt ! » Blandine.

Laisser un commentaire