La conscience libre du cœur…

Restons à au moins un « m’être » car pour écrire je ne prends pas de gants et je ne porte pas de masque, certes utiles selon les contextes. Cependant, ne nous fuyons pas les uns les autres et ne fuyons pas la situation actuelle, ici, de l’autre côté de la Terre ou sur une autre planète. « Tout et son contraire complémentaire » pouvant se réaliser, plus je pense savoir, moins je sais et plus je « sens » ce qui se passe en moi-même, en résonance avec le monde. « Etre libre » signifie-t-il « sentir » librement ce qui se passe à l’intérieur pour ouvrir notre conscience, notre discernement et la porte de la liberté extérieure ?

Regardons cette situation dans son ensemble, au-delà du masque de l’illusion des écrans, ces interfaces ouvertes sur le monde parmi les plus utilisées, et qui pourtant n’affichent que la partie visible de l’iceberg dont la puissance des enjeux est masquée dans sa partie invisible bien plus grande. Malgré cela, nous les laissons troubler nos pensées, nos émotions, et nous confiner davantage dans une réalité vécue par les humains « derrière » ces écrans, où la plupart du temps seules certaines voix s’expriment dans une relation déséquilibrée avec nous humains « devant » ces écrans. Ainsi, à mon sens, dans cette situation, « vivre bien » revient à fuir notre partie « ombre », et « vivre mal » revient à fuir notre partie « lumière ».

Sentons-nous la dualité que cela génère entre différentes parties de nous-même ? Entre nous tous humains ? Entre nous et la Terre ? Cette dualité est aussi une illusion car nous sommes individuellement « un » et collectivement « un ensemble », capable de tout réaliser : du pire jusqu’au meilleur. Agissons donc en notre âme et conscience, car toute situation se réalise selon l’énergie qui lui est consacrée, selon l’attention qui lui est accordée, et toute énergie suit la pensée et lui donne davantage de place : prenons conscience qu’une pensée nourrie par la peur réalise l’objet de cette peur, qu’une pensée nourrie par l’amour réalise l’objet de cet amour, et qu’il en est de même avec la colère, la guérison, la fuite, la paix…

Selon moi, une guerre « invisible » se termine en trouvant la paix d’abord aux niveaux subtils, pour que cette paix se réalise au niveau matériel, concret. Le monde extérieur étant le miroir de notre monde intérieur, regardons avec courage, grâce à l’œil de notre conscience, nos parts d’ombre et de lumière intérieures, quel que soit notre niveau spirituel. Car dans la vie, la lumière éclaire l’ombre et l’ombre est générée par la lumière, et les deux sont toujours intimement connectées. Donner de l’attention aux deux leur redonne une place plus juste, authentique, équilibrée et donc moins source de situations extrêmes.

Généralement et inconsciemment, nous placer nous-même en « sauveur », revient à considérer autrui comme une « victime », lui donnant l’illusion d’infériorité et de soumission. Et chercher un « sauveur » extérieur, revient à nous placer nous-même en « victime ». Cela crée le triangle de l’égo où les places « sauveur » et « bourreau » extérieur leur donnent l’illusion de supériorité et de pouvoir de vie ou de mort sur une « victime ». Selon notre façon de percevoir la vie, nous occupons ces places et nous sommes ainsi « égo ». Alors qu’en nous plaçant « aidant » ou « accompagnant », nous sommes « égaux », aux côtés d’autrui, qui (re)devient ainsi autonome, capable, responsable de sa vie, de sa santé et de son bonheur.

Même s’il nous fait peu « vibrer », l’égo fait partie de l’humain, et oser le regarder en nous-même est salutaire et déjà signe que nous « vibrons » plus haut. Descendre ainsi au fond de nous-même en montant en conscience, peut être complexe à vivre et raviver nos blessures d’abandon, rejet, humiliation, trahison, injustice… Induisant tristesse, peur, dégoût, colère, surprise… Et joie d’y ouvrir la porte de notre pouvoir intérieur, notre place authentique, en alignement avec notre cœur, vers un monde extérieur plus vivant.

Le « r’éveil » des consciences a sonné, suivi de ses nombreux rappels et de la situation actuelle. N’y a-t-il pas eu assez de piqûres de rappel et de mises en marche de relais d’illusions douloureuses ou mortelles ? Aux âmes Citoyens, rien ne sert de fuir, mieux vaut agir à point. Soyons responsables de nos pensées et actions créant notre réalité de « sentez » (santé), et gardons foi en nos systèmes naturels de « r’éveil », sens, émotions, intuition et discernement pour notre liberté de vie, individuelle, collective et planétaire.

Blandine Vaquer, le 13/04/2020

« La communication en résonance intuitive vous accompagne par la perception des messages transmis par les sens et les émotions, messagers d’actions évolutives pour votre vie globale… Contactez-moi au 06 24 01 20 43 ou sur blandine.vaquer@yahoo.fr pour plus d’informations ou pour réserver une séance. A très bientôt ! » Blandine.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s